Sondage

Nous avons voulu constater par nous même la consommation ainsi que l'impact des boissons énergisantes sur les jeunes. Nous avons réalisé un sondage avec un échantillon de 136 personnes de 14 à 18 ans.

graph1-6.pnggraph2-4.pnggraph.pnggraph4-1.pnggraph5-4.png

 

Nous avons pu constater, que plus de la moité des jeunes de 14 à 18 ans pensent que les boissons énergisantes peuvent provquer des effets néfastes, c'est à dire  même si les jeunes n'ont pas tous les éléments scientifiques qui prouvent la nocivité des boissons énergisantes, ils sont conscients des dangers. Pourtant ,88% des nos témoins en ont consommé, surement sous l'influence du marketing, par exemple avec de la distribution gratuite dans les rues par des voitures de publicité dès la mise sur le marché d'un nouvel arôme (campagne publicitaire Red Bull ). Trois quarts des consommateurs que nous avons interrogés, en boivent sans ressentir les effets sur leur organisme. C'est en soirée qu'ils en consomment surtout (60%), cette consommation pouvant s'expliquer par le besoin de s'identifier à un groupe poussant les adolescents à copier les autres, en ignorant les effets indésirables secondaires à l'absorption de ces boissons. Le parrainage de concerts techno, DJ et musiques « on the floor » renforce ce sentiment d’appartenance à un concept de vie jeune moderne et dynamique, notamment en les mélangeant avec de l'alcool.

La vente de ces dernières nécessiterait d'être encadrée afin de prévenir les risques d'une concommation trop régulière, ou des mélanges avec l'alcool.

Le Dr Scantlebury soutient que les boissons énergisantes devraient faire l'objet de règles semblables à celles appliquées sur les produits du tabac et qu'elles devraient donc être interdites aux enfants.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site